La Princesse et l’Oiseau d’or

IMG_0922

La Princesse et l’Oiseau d’or est un conte musical pour orchestre et voix parlées. Destiné à un public familial, sa vocation est d’éveiller la conscience écologique des enfants.

Le livret est de Jérôme Attal (d’après le conte L’oiseau d’or, des Frères Grimm) et la musique de Gréco Casadesus. D’une durée de 50 minutes environ, cette œuvre est conçue pour être interprétée par un orchestre d’une cinquantaine de musiciens et deux narrateurs, une femme et un homme. A l’instar d’une musique de film, musique et texte seront étroitement liés pour accroitre la dynamique et l’expressivité.

Il s’agit donc d’un projet ambitieux, inédit, et sociétal dont la diffusion sera internationale (des versions étrangères sont en préparation).

Trois formes de production ponctueront son évolution :

• Le concert (prestation live avec 50 musiciens et deux comédiens, comme un oratorio profane) pour les orchestres attentifs au développement de leur public familial.

• L’enregistrement de la musique et des voix qui permettra une diffusion sur de multiples supports (livres + musique, écoute en ligne, podcast, etc.)

• Et la production d’un film d’animation pour une distribution internationale.

L’évolution du projet passe par des aides substantielles (commandes, mécénat, soutiens divers…)

Les illustrations ont été créées par Alexandrine Guillard.

Pommier + Forêt

La princesse et l’oiseau d’or : synopsis

 

Oyez ! Oyez ! Il y a dans ce monde, des gens qui ne manquent pas d’air puisqu’ils font dépérir la nature à petit feu. C’est le cas du roi Tooppurmagueul 1er ! Ce misérable souverain assèche son royaume depuis qu’il a découvert un arbre magique capable de produire des pommes en or. Aveuglé par sa cupidité, il détourne l’eau, épuise les rivières et les lacs pour irriguer son arbre miraculeux. Pire, il fait la chasse à la moindre larme. Pour que ces sujets pleurent et pleurent toutes les larmes de leurs corps, il a décidé d’emprisonner la joie sous des cloches à formage.

Tout cela sent bien mauvais ! Le royaume a grise mine, les plantes et les gens fanent à vue d’œil.

Or, un matin, la petite princesse, qui du balcon de sa chambre se désole de la situation, va découvrir l’existence d’un oiseau d’or. Aussitôt, elle décide d’en parler à son père espérant que ce dernier laissera dorénavant les sources d’eau tranquilles. Que nenni ! Le roi décide de faire la guerre aux oiseaux. La princesse est d’ailleurs envoyée aux confins du royaume pour découvrir le nid de l’oiseau d’or que le roi espère pourvu en une multitude d’œufs faits du métal précieux.

Cherchant un moyen de faire entendre raison à son père, la princesse va rencontrer sur sa route un renard fort sage qui va l’aider à comprendre le mystère de l’oiseau d’or, et surtout lui ouvrir les yeux sur l’étendue des dégâts causés sur l’environnement par le roi et son obsession pour acquérir toujours plus.

Décidant qu’il n’est jamais trop tard pour agir, la princesse rebelle, aidée du renard avisé et d’une pie noire et blanche fort espiègle, va se jeter dans la bataille pour sauver le monde qui l’entoure.

Écoutez un aperçu de l’œuvre (instruments virtuels) avec les voix de Barbara Probst et d’Elliot Jenicot

Éléments techniques pour le concert

Accompagné de deux narrateurs (une femme et un homme) sonorisés, l’orchestre sera composé des instruments suivants :

Cordes – Bois (2/2/2/2) – Cuivres (3/2/1/1) – Harpe – Célesta, timbales & percussions (2 ou 3 instrumentistes).

Revenir en haut de page