Les studios d'enregistrement

La trace et l'exploration du son me passionnent depuis ma tendre enfance. Les années 80, très inventives en ce qui concerne l'enregistrement domestique et les synthétiseurs, m'amènent à plonger très vite dans cette frénésie du son ponctuée tous les 6 mois par les nouveautés que les industriels inventent pour notre plus grand ébahissement.

 

AT HOME

Je débute par un Revox (un G 36), puis un enregistreur Tascam 4 pistes (sur cassettes !) Au fil du temps, le parc de matériel deviendra de plus en plus encombrant, ainsi qu'en témoigne en 1986 une pièce de mon pavillon…

Je dispose à l'époque de beaucoup de "machines" dont le très novateur PPG Wave 2.3, synthé entièrement numérique associé à son WaveTerm permettant l'échantillonnage en 8 bits, puis plus tard en 16 bits …




VITRY SUR SEINE (94)

En 1987, j'installe mon premier vrai studio à Vitry-sur-Seine, dans la banlieue sud de Paris. 200 m2 répartis entre la cabine, le studio et les bureaux : cela me change !
Jusqu'en 1994, je vais profiter de ce lieux pour créer et produire bon nombre de musiques originales pour le théâtre, l'audiovisuel et les films institutionnels.

La synchronisation à l'image se développe significativement, notamment avec l'arrivée du matériel Fostex et de son fameux D20, premier DAT synchronisable. Et ces nouveaux outils abordables me permettent d'accéder au numérique synchrone à l'image.
A l'époque, j'ai engagé un jeune assistant, Arnaud Lavaleix, avec lequel nous explorons cet univers plein de promesses. Il fait désormais une carrière comme preneur de son.

C'est à Vitry qu' Olivier Koechlin et moi-même imaginons le logiciel de repérage interactif "Mac Rdat".
Fonctionnant au début sur un "Mac Plus", il permet de piloter les bandes DAT tout en leurs associant automatiquement des répertoires textuels. C'est un outil très pratique qui permet de constituer et d'archiver des play-lists à une époque où l'accès séquentiel aux fichiers sonores est encore balbutiant…

Cette invention sera distinguée par un "Satisfecit" lors du premier salon professionnel "Satis" en 1991.




PARIS 15ème (rue Alain Chartier)

En 1994, j'installe à Paris un studio qui a une double vocation : d'une part, l'enregistrement de la voix parlée exclusivement (messages vocaux pour les CD-rom, jeux interactifs, livres parlés, pubs, etc.) et, d'autre part, la production de mes propres musiques. Outre des bureaux spacieux au rez-de-chaussée, le sous-sol est séparé en deux modules montés sur dalle flottante et donc parfaitement isolés des nuisances extérieures. Nous disposons d'une banque importante de comédiens ayant enregistré un texte identique, ce qui permet de comparer objectivement le timbre de leur voix. Nos clients sont Microsoft, Lagardère, Universalis, Northern Telecom, Larousse, … et nombre de personnalités comme André Dussolier, Michaël Lonsdale, Bernard Pivot, Lambert Wilson… viendront enregistrer pour des livres parlés ou des pubs.

Mes collaboratices sont Jacqueline Ehlinger pour la prise de son, et Hortense Bataille pour le développement de la clientèle. Toutes deux m'ont laissé un souvenir de gentillesse et d'efficacité.



Le second module de 50 m2 est plus traditionnel : console de mixage 32 voies, MacIntoshs, synthés, échantillonneurs, il équipé d'un projecteur et d'un grand écran ; c'est ici que je compose et finalise mes musiques.





Re-AT HOME

Depuis 1998, je profite pleinement du développement des outils virtuels qui permet de faire tenir en un minimum de volume un maximum de fonctions.

Une vraie soif de retourner aux sources avec toujours, sous le coude, quelques sonorités venues d'ailleurs…


Les autres grands thèmes